Blog

← Retour
11/06
2020

Dépression personne âgée : causes, symptômes et traitements

3 millions de Français souffrent de dépression et 8 millions ont vécu ou vivront au cours de leur vie une dépression (source : Inpes – Santé publique France). Les personnes âgées sont particulièrement touchées car elles doivent faire face à un grand nombre de fléaux : retraite, solitude, manque d’interactions sociales, isolement, troubles liés à l’âge, deuil… Des changements qui ne sont pas toujours faciles à surmonter et qui peuvent laisser de profondes traces.

solitude personne âgée

Dépression personne âgée : quézako ?

La dépression est le trouble psychique le plus fréquent après 50 ans. La pathologie étant méconnue, ses symptômes peuvent être confondus avec une maladie physique ou passer pour un ralentissement de l’activité lié à l’âge. Pourtant, le diagnostic d’une dépression personne âgée est primordial et un traitement adapté permet d’obtenir une guérison dans la grande majorité des cas.

La dépression ne nuit pas seulement à la qualité de vie et au bien-être psychique des seniors. Elle augmente aussi sérieusement le risque de voir apparaître une maladie physique et comporte un risque de suicide d’autant plus important que la dépression est sévère.

Causes et symptômes de la dépression chez une personne âgée

Les causes et symptômes de la dépression chez une personne âgées sont variés.

Causes de la dépression chez une personne âgée

Comme la plupart des maladies psychiques, la dépression personne âgée est le résultat d’un ensemble d’interactions entre des facteurs environnementaux, psychologiques et héréditaires. Des situations et évènements de la vie remontant parfois à l’enfance peuvent aussi favoriser la survenue d’une dépression.

Symptômes de la dépression chez une personne âgée

La dépression est une maladie caractérisée par 9 symptômes d’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Au moins 5 sont nécessaires pour poser un diagnostic :

  • Tristesse quasi permanente, avec parfois des pleurs
  • Perte d’intérêt et de plaisir pour les activités habituellement agréables
  • Sentiment de dévalorisation et de culpabilité
  • Idées de mort ou de suicide récurrentes
  • Ralentissement psychomoteur
  • Fatigue ou perte d’énergie
  • Perte d’appétit
  • Perturbations du sommeil
  • Difficultés de concentration et de mémorisation.

D’autres symptômes, moins spécifiques, peuvent venir traduire une dépression personne âgée : l’abus d’alcool ou de tranquillisants, des troubles de l’alimentation, un sommeil perturbé…

Diagnostic de la dépression chez une personne âgée

Si les symptômes de la dépression sont connus et répertoriés, l’aîné malade refuse souvent de s’avouer qu’il va mal, un déni qui peut même faire partie de la pathologie. Chez une personne âgée, il convient d’être particulièrement vigilant car toute dépression, même d’intensité légère, comporte un risque de suicide élevé. Or, repérer une dépression est souvent plus difficile chez les seniors qui ont plutôt tendance à se plaindre de maux physiques ou de troubles de la mémoire ou de l’attention.

Différences entre déprime et dépression

La dépression ne doit pas être confondue avec un simple coup de déprime ou une tristesse passagère. Si les perturbations de l’humeur se manifestent de façon quasi permanente pendant plus de deux semaines et si elles entraînent une gêne importante dans un ou plusieurs domaines de la vie quotidienne, la prise en charge est indispensable. On parle alors de dépression.

Une personne âgée déprimée n’a généralement plus d’énergie, plus d’appétit, plus d’envie. Elle se sent fatiguée, dort mal, a des difficultés à se lever le matin, broie du noir et pense souvent à la mort. Elle se sent nulle et inutile, a du mal à se concentrer, se traîne, a mal partout et se sent souvent coupée de tout.

Dépression d’un proche âgé : le rôle de la famille

famille qui soutient une personne âgée en dépression

Comment aider une personne âgée qui est déprimée ?

En tant qu’aidant familial, vous devez accompagner votre proche et l’aider à surmonter cette épreuve. L’objectif est d’établir un climat de confiance avec la personne âgée et de l’encourager à partager ses émotions en lui posant des questions.

Laissez à la personne le temps de répondre et prenez le temps de l’écouter. Montrez-lui que vous comprenez qu’il peut être difficile d’en parler. Soyez positif et n’essayez pas de minimiser la gravité de ses problèmes.

Essayez au maximum de lui donner de l’espoir en soulignant ses points forts ou simplement de petites améliorations dans sa situation. Si l’état de santé moral de votre proche âgé vous semble particulièrement inquiétant, encouragez-le à demander de l’aide.

Ce qu’il ne faut surtout pas dire à une personne dépressive

A contrario, vous devez veiller à faire preuve de tact et à ne pas dire certaines choses :

  • « C’est dans la tête que ça se passe » : certes, mais cela n’a rien d’imaginaire pour autant. Cette petite phrase minimise la souffrance morale, comme si seule la douleur physique méritait d’être prise en considération.
  • « Secoue-toi un peu » : si la personne âgée déprimée en était capable, ne croyez-vous pas qu’elle le ferait ? Songeriez-vous à dire cela à une personne atteinte d’un cancer ?
  • « Tu as tout pour être heureux » : c’est votre point de vue mais très certainement pas le sien.
  • « Sois positif » : cette phrase peut être très culpabilisante pour la personne car ressentie comme une critique.
  • « Tu devrais arrêter les médicaments, ça ne sert à rien » : surtout pas, un traitement médicamenteux ne doit pas être interrompu du jour au lendemain.

Quels traitements et prises en charge ?

La seule volonté ne suffit pas pour agir sur une maladie aussi complexe que la dépression.

La prévention

En prévention des symptômes de dépression personnes âgées ou des récidives, il est recommandé de veiller au respect d’une bonne hygiène de vie : pratique d’une activité physique adaptée, alimentation équilibrée, horaires de sommeil réguliers… La sensibilisation des proches est également primordiale pour éviter l’apparition d’un état dépressif chez une personne âgée.

Le maintien du lien social

Essayez de multiplier les activités (bénévolat, hobbies…) et de communiquer avec votre entourage au maximum. En effet, il faut tâcher d’être entouré autant que possible pour éviter de se sentir abandonné.

Cette période est également le moment de resserrer les liens familiaux : en pratiquant des activités avec les enfants et les petits-enfants par exemple. A travers leur implication auprès des jeunes générations, les seniors jouent un rôle dans la société, transmettent leur savoir et se sentent utiles.

Une présence au quotidien avec une aide à domicile

Vous pouvez en parler avec votre aide à domicile. Bienveillante et empathique, elle peut s’avérer une écoute attentive, vous conseiller, vous orienter vers une structure ou des interlocuteurs de confiance et même vous aider à passer cette étape de vie plus sereinement.

Nos auxiliaires de vie interviennent auprès de personnes fragilisées, dépendantes ou ayant des difficultés passagères dues à une maladie, à un retour d’hospitalisation, à l’âge ou à des difficultés sociales. Elles vous aident à l’accomplissement des tâches de la vie quotidienne, comme la préparation et la prise de repas, les courses, l’entretien de la maison, les travaux ménagers…

Elles peuvent aussi faire office de véritables dames de compagnie si vous ressentez le besoin de parler et de vous confier, et vous accompagner dans vos loisirs, dans vos démarches administratives et vos sorties.

Lire aussi : Comment bien choisir votre auxiliaire de vie ?

La psychothérapie

En France, 7% seulement des personnes atteintes de dépression se rendent chez un psychiatre. Pourtant, la dépression modérée à sévère peut se soigner efficacement grâce aux traitements psychologiques (comme la thérapie comportementale et cognitive ou la thérapie interpersonnelle).

Ces méthodes sont efficaces mais ne sont cependant pas toujours faciles à mettre en place car elles nécessitent un véritable investissement de la part de la personne.

Les traitements médicaux

La psychothérapie est parfois associée à la prise de médicaments antidépresseurs. Ces derniers visent à corriger certains déséquilibres au niveau des neurotransmetteurs défaillants dans la maladie.

De façon générale, ils ciblent les neurones à sérotonine, noradrénaline et dopamine. Ces médicaments sont particulièrement recommandés en cas de dépression sévère.

Des thérapies complémentaires

En dehors de tout cela, d’autres thérapies non médicamenteuses peuvent compléter le traitement et aider les personnes âgées à sortir de la dépression, c’est le cas de l’art thérapie, de la relaxation, des massages, de la zoothérapie (thérapie par l’animal), musicothérapie, jardins thérapeutiques, ateliers autobiographiques...

Le sport

Les effets du « sport » contre la dépression sont aussi connus depuis plus d’un siècle ! En effet, l’activité physique encadrée sur quelques mois aurait un effet modéré mais incontestable sur la maladie. Pour certains chercheurs, elle serait aussi efficace que la thérapie cognitive ou le traitement médicamenteux. Des psychiatres américains ont également mis en exergue que les patients répondant mal aux antidépresseurs tiraient un bénéfice de l’entraînement sportif. Bon à savoir : toute activité sportive en période de dépression ne se conçoit qu’avec l’évaluation préalable du psychiatre et du médecin traitant, en préférant un cadre sportif adapté avec des éducateurs formés.

Vous pouvez aussi opter pour les antidotes naturels. Par exemple, le fait de simplement s’exposer à la lumière du jour est bénéfique, réduit le stress et l’anxiété ! En effet, tout le monde reconnaît qu’une journée lumineuse apporte entrain et bonne humeur alors que l’obscurité rend morose et sans énergie.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à vous proposer des offres, contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Pour plus d’informations et paramétrer vos cookies, cliquez ici.