Aide à la mobilité

Rester autonome et mobile : contribuer activement au bien-vieillir

L’appréhension de se fatiguer outre-mesure, ou même de se blesser, peut conduire certaines personnes à tirer un trait sur les sorties. L’isolement devient ainsi inévitable. Pourtant, diverses solutions existent. Faisons le point avec Click&Care.  Le maintien de l’indépendance et des liens sociaux est difficilement envisageable sans mobilité. Or, l’âge est souvent vecteur de difficultés de déplacement, qui engendrent à leur tour un sentiment d’isolement chez la personne concernée. Les données sont préoccupantes : 25% des 75 ans et plus, qui résident hors du périmètre des transports en commun, n’effectuent aucun déplacement de toute la semaine ! C’est pourquoi il est indispensable d’avoir recours à certains services permettant de promouvoir l’autonomie et la mobilité des personnes âgées et/ou en situation de handicap.

Les solutions pour favoriser la mobilité des seniors

Il existe une diversité importante de dispositifs visant à encourager la mobilité des aînés. Il peut s’agir de l’aménagement urbain, lorsqu'une commune fait installer davantage de bancs par exemple. Également, cela va concerner les équipements, les services d’aide à la mobilité ou encore les nouvelles technologies, telles que les voitures autonomes.

Se déplacer à l’extérieur : des alternatives dédiées aux personnes âgées

Certaines villes mettent à disposition des personnes âgées et/ou à mobilité réduite des moyens de transport adaptés, leur permettant d’effectuer leurs déplacements de proximité. Il peut s’agir de transport individuel sur demande, ou bien de navettes. L’objectif est de simplifier et de sécuriser les déplacements de ces personnes. En effet, elles sont accompagnées à partir de leur domicile jusqu’à leur destination.

le transport à la demande avec transdev

Zoom sur les Cartes Mobilité Inclusion (CMI)

Ces cartes peuvent être utiles pour faciliter les déplacements des personnes âgées. Il en existe plusieurs : les CMI (Carte Mobilité Inclusion) invalidité, priorité et stationnement.

Les CMI invalidité et priorité vous octroient le droit de demander une place assise dans les transports en commun, dans une salle d’attente ou le droit de passer en priorité lorsque vous faites la queue dans un magasin ou un lieu public. La CMI stationnement vous permet de stationner gratuitement et sans limitation de durée sur toutes les places en accès libre, y compris celles qui ne sont pas réservées aux personnes handicapées.

En savoir plus sur la CMI

Des modifications urbaines impératives

La révolution des transports et de la mobilité est clairement liée à l’adoption d’une vision universelle de l’urbanisme. En effet, les pouvoir publics doivent poursuivre leur engagement pour un aménagement environnemental et urbain en faveur des personnes âgées et/ou en situation de handicap, afin que celles-ci ne restent pas involontairement confinées chez elle.

Simplifier la circulation des personnes âgées sur la voie publique implique d’entreprendre certains travaux. Prenons l’exemple des bancs publics : ils ont progressivement disparu, or ils doivent exister en nombre suffisant et être stratégiquement répartis. Les trottoirs, quant à eux, doivent être antidérapants et assez larges pour permettre aux fauteuils roulants de circuler sans danger. Les carrefours doivent être configurés de façon que chacun puisse disposer d’un temps suffisant pour traverser…

Et conduire dans tout cela ?

L’âge est responsable d’une altération plus ou moins prononcée des capacités physiques et cognitives (baisse de l’acuité visuelle et auditive, raideurs articulaires, temps de réaction augmenté…). Conduire peut ainsi devenir compliqué, et dans certains cas, impossible. D'autant plus que ce constat peut s’alourdir avec la prise de certains médicaments.

Selon une étude américain publiée dans la revue « The Journal of Gerontology: Social Science », le fait d’arrêter de conduire contribuerait à accroître l’isolement social des seniors. Néanmoins, des capacités physiques légèrement altérées n’obligent pas forcément à renoncer à la conduite. Modifier ses habitudes, adapter son véhicule ou en choisir un plus pratique, cela peut amplement suffire.

N’hésitez pas à demander l’avis de votre entourage sur cette question et à en parler avec votre médecin traitant !

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à vous proposer des offres, contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Pour plus d’informations et paramétrer vos cookies, cliquez ici.